Logo Nushy Soup
Projets
Agenda
À propos
Contact
La page Facebook du collectif Nushy Soup

Are You Talking To Me

Installation audiovisuelle / videoprojection

"Au début de sa résidence à Takasaki, Japon, Robin Perrey a eu le sentiment que dans ce pays où il est étranger, personne ne le croisait. Que cette distance entre les individus empêchait les dialogues. Qu’au final lui, mais aussi toute cette société, n’était composé que d’ombres qui s’évitent.

Sa tentative au « palais des paris » est une symbolisation, mais aussi une confrontation active à cette situation. Filmer les ombres, c’est filmer les voisins ou encore des rencontres du hasard. Projeter l’ombre de l’autre, c’est avant tout tenter de le mettre en lumière.

Travis Bickle, le personnage principal du film « Taxi Driver », erre en long travelling, à bord de son taxi. Ces ombres à lui sont les lumières de la ville de News York, elles défilent, mais ne créent ni rencontre ni dialogue. Travis va chercher la confrontation, va projeter l’autre à travers son miroir : « c’est à moi que tu parles ». L’hypothétique autre a déjà entamé un dialogue, même s’il n’est que l’ombre de lui-même.

Ce premier projet au « palais des paris » me rappelle avec évidence l’un des premiers mythes de l’occident sur la relation à l’image. Une caverne dont les parois sont recouvertes d’ombres qui sont observées par des esclaves n’ayant jamais vu le jour. Dans ce mythe, l’homme libre (le non-esclave) est celui qui a conscience que les ombres ne sont qu’une illusion et cherchera à sortir de la caverne. Si Travis cherche à sortir de son taxi, Robin, lui, cherche plutôt à sortir de son palais...

Mais la spécificité de la tentative de Robin repose sur la nature même de l’écran qui reçoit l’illusion. Contrairement à la caverne ou au miroir qui bloque et reflète l’illusion, ses écrans filtrent et démultiplient l’illusion. Il est alors possible de voir l’autre côté de l’écran, une caverne ouverte qui n’a plus de limites discernables et qui promettrait donc, au moins hypothétiquement, de croiser l’autre."

Frédéric Weigel,
co-directeur du « palais des paris »

Projection d’ombres sur écrans filtrants.
Partager cette page :
Facebook Twitter Google